Critiques et avis : et toi t’en penses quoi ?

Bien le bonjour. Comme vous le savez, l’animation dans sa globalité a su passionner les foules depuis plus de quatre-vingt dix ans. Elle a subi des hauts comme des bas, mais elle demeure une passion largement partagée. Que vous appréciez (ou pas d’ailleurs) le fait de visionner des animes, implique qu’au cours de votre vie, vous avez découvert de nombreuses œuvres, qui ont eu plus ou moins d’impact sur votre sens critique et artistique. Vous n’aviez pas les mêmes goûts étant enfant, vous avez mûri. Pour vous, l’animation c’est bien plus que des dessins pour les gosses bercés trop près du mur.

Bref, vous êtes tout comme moi des passionnés. Cependant, vous avez tous déjà rencontré une personne un peu coincée du cul, qui dénigrait l’animation dans sa globalité. Vous savez, le brave soldat armé de son fusil de calibre “c’est de la merde”. La diversité d’opinions c’est ce qu’il y a de plus beau. Sans ça, il n’y aurait pas de débat et donc pas d’échauffements des esprits. Si personne ne donne son avis, comment savoir si ce que nous considérons comme étant “bon” l’est réellement ? L’objectivité n’est qu’une illusion, c’est ce que je pense. Nous n’avons pas tous les mêmes goûts, c’est certain. En sachant cela, il m’est difficile, voir impossible, de vous faire croire qu’une œuvre est excellente car elle respecte des critères qui sont miens. Cependant, je suis d’avis à penser qu’il existe véritablement des critères qui nous permettent d’analyser, voir même de “critiquer” une œuvre. Qu’un film soit mauvais, ce n’est pas une faute de goût, il est tout simplement mauvais.

Les goûts de tout à chacun n’ont rien à voir là dedans. Un navet reste un navet. Un scénario de piètre qualité, des personnages inégalement développés ou encore une réalisation bâclée… Et ça, tout le monde peut le remarquer. Malgré tout, avons-nous réellement le droit de critiquer ce qui est “critiquable” ? Dois-je véritablement respecter le travail accompli même si je le trouve mauvais ? Et pour finir, mon avis est-il incontestable ? Comme vous pouvez vous en douter, je ne parlerai ici que de notions pour le moins abstraites. Mais rien ne m’empêche d’aborder notre rapport à l’animation japonaise (n’oubliez pas que l’animation est également appelée “Cinéma Bis”), ou l’art dans sa globalité. Oui, je fais ce que je veux moi monsieur !

Avis, critique… Suis-je dans le vrai ?

Commençons par le commencement voulez vous ? Tout le monde aime donner son avis sur tout et n’importe quoi. Cette liberté fondamentale de libre parole est ce pourquoi lutte des millions de personnes à travers le monde. Donner son avis, c’est être avant tout audacieux (du moins dans l’idée). Mais pour donner son avis, faut-il être nécessairement pertinent ? Dans ma logique, oui. Parce que le simple fait de dire “Je n’aime pas”  est déjà un grand pas. Certes, mais il est incomplet. Et je ne parle même pas de ceux qui disent simplement “c’est d’la merde”. Dire qu’une œuvre est merdique, c’est s’enfoncer dans la facilité la plus basique, le tout dénoué de tout sens critique. Parce que oui, c’est un “argument” débile. Le plus souvent, il n’y a aucune argumentation à la suite d’un commentaire de ce genre, c’est juste pour faire chier le monde. Là, vous allez me dire : “Oui mais bon, des fois on a la flemme d’argumenter”.

Ce que je veux bien comprendre, mais dès que ce pseudo argument est mis sur le tapis de manière on ne peut plus sérieuse, ça passe mal. Pourtant, dire que c’est merdique, c’est clair net et précis… pas besoin de polémiquer, si ? Cela indique que nous n’avons pas apprécié l’œuvre. Oui, c’est vrai je ne le nie pas. Mais, selon moi, donner son avis c’est avant tout apporter son opinion dans un débat. Les gens parlent d’une œuvre, tu n’es pas d’accord, tu exprimes un avis. Tu t’exprimes avec les mots appropriés tel que : je crois que ; je pense que ; j’estime que ; à mon avis ; d’après moi… Tu sais t’exprimer, tu as du vocabulaire. Alors pourquoi tout résumer à “c’est de la merde” ? Comment pourrais-je te prendre au sérieux si tu agis comme un décérébré ?

Cependant, tout le monde peut donner son avis, d’une façon ou d’une autre. Le monde évolue et c’est agréable de voir de nouveaux avis et c’est encore plus agréable de savoir qu’on est pas d’accord avec lesdits avis. Un bon gros débat des familles, ça c’est cool. Communiquer avec ses semblables tout en évitant cette plaie qu’est la dissension. Dès que tu n’es pas d’accord, tu as le droit de le faire savoir, c’est ta liberté de penser et d’expression.

Quoiqu’il en soit, donner son avis relève t-il de la critique ? Non, du tout. La critique, c’est différent. La critique en philosophie c’est avant tout l’art de discerner les choses. C’est-à-dire le fait de discerner la valeur des personnes ou des choses. La critique est un jugement personnel construit permettant de donner une appréciation de manière analytique, parfois de manière polémique et sans complaisance. La critique attire les opinons d’autrui car ils ne sont pas toujours d’accord avec ce qui est critiqué. Pour faire simple, je considère que l’on répond à la critique par un avis personnel afin de montrer son approbation et ou dans le cas contraire sa désapprobation. Un avis n’est pas toujours voué à critiquer ce qui a été dit plus tôt, en cela, ce n’est pas vraiment une critique.

Cependant, si je critique quelque chose de A à Z, suis-je tout puissant ? Ai-je le droit de critiquer ce que je n’ai pas produit ? Fort heureusement, bien sûr que nous en avons le droit. De plus, c’est même conseiller (toujours selon mes critères hein) ! Personnellement, j’aime lire des critiques, quand elles sont pertinentes et par conséquent constructives. Cela prouve que l’œuvre est digne d’intérêt et ce même si je ne l’apprécie pas. Critiquer nécessite de la matière, c’est indéniable, qu’elle soit bonne ou mauvaise, c’est à vous seul d’en juger. Bien sûr, il est vrai que “la critique est aisée, mais l’art est difficile”. Cette citation de Destouches veut tout dire, si vous souhaitez critiquer, n’oubliez pas que vous êtes susceptibles de ne pas pouvoir faire mieux.

L’Art dans sa globalité est quelque chose de totalement subjectif. Vous pouvez juger une œuvre, mais pouvez-vous critiquer le travail d’autrui ? L’animation par exemple des centaines d’heures de travail, le stress, le surmenage… ça n’a rien d’une partie de plaisir. Pourtant, nous crions au scandale (moi y compris) dès que quelque chose ne nous plaît pas. Alors que techniquement, nous sommes bien mal placés pour l’ouvrir notre grande gueule. Mais savez-vous au moins ce qui nous pousse à l’ouvrir ? L’impression d’être bâillonné. Dès que l’on prive l’humain de sa liberté d’expression, celui ci s’agite et riposte violemment.

Hey, minute papillon ! Petite anecdote si vous le voulez bien. J’ai (encore) rendu mon article incomplet à Poyjo, afin qu’il me dise ce qu’il en pensait. Il m’a gentiment apporté son point de vue en ce qui concerne le fait de critiquer. Voyez plutôt : “Celui qui critique, pense avoir raison mais il ne renie pas le réel, il essaye de le comprendre jusqu’au bout, bien qu’il en soit incapable. Le bon critique c’est celui qui n’oublie pas sa place et qui cherche à comprendre sans jamais altérer sa vision du réel en sa faveur” – Intéressant, non ? En cela, je suis à moitié d’accord avec toi l’ami.

De nos jours, tout le monde peut s’autoproclamer “critique”. L’avènement des réseaux sociaux et des forums y est pour quelque chose. En effet, Internet nous permet de nous exprimer sans réelles contraintes morales. N’importe qui peut décider du jour au lendemain de devenir “critique”. Il suffit d’avoir un minimum de bonne volonté et une certaine maîtrise de la langue française, rien de bien compliqué. Certes, mais je ne suis toujours pas un professionnel. Je n’ai pas la prétention d’être ce que je ne suis pas. Et pourtant, c’est le cas.

Ensuite, pour ce qui est du fait qu’un critique pense souvent avoir raison lorsqu’il s’exprime, il est vrai que c’est souvent le cas. Mais encore une fois, cela dépend de la personne. En ce qui me concerne, je déteste cette façon de penser. Il est bon de vouloir avoir raison, mais ce n’est pas toujours le cas, il faut savoir l’accepter.

Ici, Poyjo nous amène à penser que le critique est un peu comme un historien. Soit, un symbole de neutralité qui ne renie pas la réalité des choses. Je ne suis pas entièrement d’accord avec ça. A mon sens, beaucoup de critiques se créent leur propre “réalité”, en déformant celle qui existe déjà et ce à leur propre avantage. Un historien se doit d’être ferme, il ne doit pas laisser interférer ses propres sentiments lorsqu’il travail. Le critique quant à lui nous apporte son ressenti, c’est donc une expérience quasi “intime” qu’il partage avec nous. C’est son point de vue. Et c’est ce qui fait la différence.

 

Mais alors, pourquoi critiquer ? Et surtout, comment le faire ?

Effectuée dans les règles de l’art, la critique nous permet de savoir où se trouvent les différentes lacunes d’une œuvre et d’identifier les points à améliorer. A contrario, la critique négative affecte l’estime de soi et suscite un sentiment d’incompétence, la critique constructive quant à elle, augmente l’efficacité des entreprises et des personnes. Quand on apprécie quelqu’un, on devrait le critiquer si c’est nécessaire. Et quand on le critique, on ne devrait pas oublier qu’on l’apprécie. Tout ça c’est bien joli, mais comment puis-je critiquer tout en restant pertinent ?

Primo, n’écrivez jamais sous le coup de la colère (je suis mal placé pour dire ça…), l’heure est à la bonne entente les amis. Secundo, il faut toujours se demander si votre interlocuteur est dans le bon état d’esprit, il pourrait se méprendre sur vos intentions et vous envoyer chier. Tertio, veillez à apporter des faits et rien que des faits, en général si vous critiquer quelque chose, vous devrez apporter des arguments valables, sinon vous ne serez pas pris au sérieux. Quarto, insistez sur ce qui peut-être amélioré, toujours selon vos critères. Quinto, “la main tendu”, laissez toujours votre interlocuteur s’exprimer en paix, ne soyez pas un connard, s’il vous please. Sexto, soulignez ce qui est réussi ! Il y a toujours des points positifs dans un anime, toujours. Septimo, ne rien lâcher. Vous y tenez à ce débat ? Montrez le. Soyez vif, attentif et créatif.

Si vous vous amusez à critiquer, prenez en compte les risques encourus

Comment mettre tout le monde d’accord…

Quand on critique et ou quand on débat, chacun cherche à se faire entendre. Mais en ce qui nous concerne, pourquoi créer des dissensions au sein de notre communauté ? J’ai l’impression d’être un vieux patriarche, un peu beurré, après un réveillon de Noël en famille… L’animation japonaise c’est ce que nous aimons, c’est notre passion. Chacun à le droit d’aimer ce qu’il veut. Il y a assez d’animes de produits (un peu trop selon notre ami Lolo) pour que tout le monde puisse y trouver son compte. Vous avez le droit d’avoir vos avis, c’est votre droit, mais la liberté d’expression des uns, s’arrête là où commence celle des autres. En clair, évitez d’être casse bonbons, sauf si vous avez des arguments valables.

Mais, même si vous pensez avoir raison, éviter de le crier sur tous les toits. Vous n’êtes pas là pour convaincre ceux qui vous écoutent. C’est à votre interlocuteur de se faire son propre avis et ce, même si vous avez de quoi faire pencher la balance. Le plus important c’est que vous soyez respectueux entre vous. Par exemple, je n’aime pas le personnage de Subaru (Re:Zero). Il m’a même fait sortir de mes gonds. J’ai gueulé un bon coup sur Twitter en apportant mes arguments.

Cela a créé un débat assez conséquent à propos dudit personnage qui est, pour rappel, un anti-héros. J’ai attiré l’attention d’un fan (Oui Akije, c’est de toi que je parle 😀 ), nous avons discuté et il m’a apporté ses propres arguments, le tout en restant respectueux. C’est ce qu’on appelle dans le jargon, un échange en bonne et due forme. En effet, j’ai été touché par tant de passion, à tel point que cela m’a calmé. Bon, je peux toujours pas saquer Subaru, mais la saison deux me hype, je l’avoue…

Discuter c’est avant tout comprendre l’autre. C’est ce qui manque cruellement à l’humanité de nos jours. Personne ne possède “le bon goût” et personne n’a “des goûts de merde”. C’est une connerie monumentale que de penser ça. Chacun aime ce qu’il veut. Qu’est-ce que ça peux nous foutre si un un mec aime telle ou telle chose ? La réponse ? Bah rien.

Tout ça, c’est bien beau, mais… ça n’arrive pas souvent, que tout le monde soit d’accord. Triste réalité ? Bof, pas tant que ça. Hormis le fait de flatter notre ego, je vois pas trop en quoi cela peut-être utile de vouloir mettre tout le monde d’accord. Selon moi, les avis qui ne nous plaisent pas sont comme du poivre. Quand il y a trop c’est infect, mais dès que c’est suffisamment dosé, c’est savoureux. Avouez que ma citation claque… Non ? Je pose un copyright. Plus sérieusement, ce que je veux dire par là, c’est qu’un avis entièrement contraire au notre n’est pas forcément une mauvaise chose. Bien au contraire, cela montre que nous pouvons avoir tort, tout en nous démontrant qu’aucun avis n’est absolu. Vous pouvez vous trompez, où est le mal ? Du moment que vous ne manquez de respect à personne, tout va bien. Preuve en est, j’ai d’excellentes relations avec Akije. Il est sympas, courtois, et il aime ce qu’il fait. Que demander de plus ?

Le mot de la fin…

Bon okay y’en a pas qu’un, mais bon : Je vous remercie d’avoir lu cet article jusqu’au bout. J’espère que vous m’excuserez de cette longue absence. J’ai été assez occupé ces derniers temps, avec les études, ma recherche de stage etc… Le tout en ayant pas de vacances (et pas de pont bordel !). Mais je ne suis pas à plaindre, il me suffit de voir Holo et tous mes problèmes semblent disparaître.

Ma waifu < 3

J’espère que vous aurez passé un bon moment en ma compagnie. C’est un article qui se suffit amplement à lui-même et qui n’a pas la prétention d’être un exemple à suivre. Mais j’ai pensé qu’il était important de m’exprimer à ce sujet. Trop de gens se prennent inutilement la tête pour des futilités. C’est parfois triste à voir. Les gens sont souvent trop bornés ou irrespectueux, mais bon, on ne peut rien y faire… Ah si… Comme le disait mon arrière grand-mère :”Ne parle pas aux cons, ça les instruit”. Enfin, ce n’est que mon humble avis, pas vrai ? ;D 

Enregistrer

0 Partages
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.