Face à la mer

0 Partages
0
0
0

Chaque année, j’essaye d’écrire un article parodique pour le 1er avril sur ce site. Cette année forcé de constater que l’actualité ne se prête pas aux blagues. 

Je vous propose donc de vous expliquer en quoi le titre Face à la mer de Calogero et Passi a transformé le paysage musical français durablement et imposé la musique urbaine.

Face à la mer a été un des succès de l’année 2004 dans l’hexagone, 3, l’album où figure ce morceau est la seconde plus grosse vente de l’année derrière les Choristes et 11ème single le plus vendu en 2004.

Il introduit aux français, une nouvelle structure, les couplets rappés et le refrain chanté.

Et tu chantes, chantes, chantes ce refrain qui te plait

Pour illustrer ce changement, comparons deux chansons du rappeur Orelsan :

La première est une chanson hommage à la fin des années 90 et reprend une structure classique de l’époque. Une production comme il le dit « à l’ancienne ». On navigue de punchline en punchline, la chanson déroule son histoire en l’occurrence celle d’un rappeur cherchant à marquer sa domination sur ses pairs. Une référence encore une fois à la fin des années 90 (qui est toujours d’actualité aujourd’hui, fait avec plus d’ironie toutefois), le rapgame, véritable cliché  où tous les rappeurs se doivent de montrer leurs maîtrises par ce type de morceau.

A l’opposé du premier son, voici « la terre est ronde » , le single qui a sûrement fait connaître Orelsan à vos parents au delà de ses déboires judiciaires.

Il se compose donc de parties rappées et d’un refrain chanté. C’est l’illustration de la structure de la plupart des grosses ventes rap de ces dernières années. Le refrain vient synthétiser en quelques mots les complets. Il se retient très facilement ce qui permet d’imprégner le morceau dans l’esprit du plus grand nombre. C’est d’ailleurs pour cela que le morceau commence par son refrain afin de maximiser l’effet mais aussi de présenter un marqueur connu à l’auditeur qui tomberait dessus en mettant sa radio.

En concert, les refrains dans cette structure vont permettre au public de s’agiter et de ne pas rester passif.

Ce style est porté depuis la fin des années 90, début 2000 par des groupes californiens comme Linkin Park ou les Red Hot Chili Peppers, le rappé/chanté permet de donner de la puissance à leur refrain grâce au chant et l’ajout de couches d’instruments.

« In the end » est justement très intéressante pour représenter l’impact de la structure même si elle prend des libertés avec cette dernière. La chanson parle d’une rupture et quand la colère du narrateur arrive le morceau jusqu’ici rappé bascule sur un chant plus agressif porté par une instrumentation bien plus puissante.

La mouvance californienne marque véritablement la fin des années 90; tellement que la bande-dessinée japonaise Beck qui décrit le quotidien d’un groupe japonais reprend ce style. Cette œuvre rend d’ailleurs hommage d’une très belle façon au Red Hot, en arrivant à retranscrire la forme presque mystique du groupe à l’époque. Un manga référence que je vous recommande, d’ailleurs décliné en animation, une très belle réussite.

Ce qui permet également de démocratiser cette structure rap/chant en se passant d’un chanteur est l’apparition d’un nouveau logiciel arrivé fin 90 qui vient corriger les voix pour leur apporter plus de justesse, l’Auto-tune (que nous n’allons pas développer ici tellement son impact mériterait des pages de développement).

Les astres étaient donc alignés pour que chaque personne au travers du monde s’approprie cette dynamique et s’essaye à ce nouveau son.

C’est pas l’homme qui prend la mer, c’est la mer qui prend l’homme.

Calogero est dans la musique depuis ses 16 ans, il connaît un succès grandissant d’abord avec son groupe pop Les Charts puis dès 1999 en solo. En 2002, son titre En apesanteur le propulse en haut des ventes de disques et lui permet de dépasser le million de ventes sur son second album. Calogero est bassiste de formation il a pris l’habitude de composer (en solo ou avec un partenaire) ses musiques mais de demander à d’autres d’écrire ses textes.

Passi quant à lui débute dans les années 90 dans le groupe Ministère A.M.E.R dont il est un des membres fondateurs. Il réalise plusieurs albums mais c’est avec la signature de la bande originale de La Haine milieu des années 90 que le groupe s’inscrit comme une des références de la musique française. Leurs débuts de carrière est aussi parsemé de polémiques avec des textes comme Brigitte, femme de flic et Sacrifice de poulets qui vont créer de nombreuses indignations dans la classe politique de l’époque. Passi sort ensuite son premier album solo en 1996, il en vendra 500 000 exemplaires et continue en parallèle ses activités avec le Ministère A.M.E.R avant de lancer son propre label fin des années 2000.

Calogero avait déjà croisé Passi à l’occasion de plusieurs plateaux de télévision. Il travaillait sur son 3ème album solo, intitulé sobrement (ou de façon très pompeuse c’est à l’interprétation de chacun) 3.

Pour cet album, Calogero voulait un style plus pop britannique qu’il écoutait avec son frère (co-compositeur sur l’album) depuis toujours. Nous sommes en pleine période du boom de Coldplay et U2. C’est en écoutant cette pop qu’il s’inspire d’un autre marqueur de la musique britannique, le mélange des genres.

Il compose alors une musique hommage au western de Sergio Leone, une autre grande source d’inspiration et contacte le rappeur Passi pour se charger des couplets et Alana Filippi pour l’écriture du refrain avec qui il avait déjà collaboré sur les titres En apesanteur ou Aussi libre que moi.

Passi, Alana Filippi et Calogero pour le Prix de Printemps 2005

Lors de l’enregistrement du titre, ils ont la conviction d’avoir créer une œuvre forte qui peut rencontrer un large public. Ils insistent auprès de leur label pour sortir le titre en single.C’est un hit qui marque l’industrie, l’année suivante Johnny Hallyday collabore avec le Ministère A.M.E.R sans réussir à reproduire le même succès : mais la formule est née en France.

Concernant la chanson, elle aborde la difficulté de s’émanciper de son milieu et les mains non tendues à ceux qui cherchent le moyen d’exprimer leurs talents. Synthétisé ainsi dans le refrain chanté et qui encore aujourd’hui est en mémoire des personnes qui l’ont entendue en 2004 :

Face à la mer

J'aurais dû grandir

Face contre terre

J'aurais pu mourir

Je me relève

Je prends mon dernier rêve

Cette formule ouvrira les portes du Rap au grand public. C’est la transformation de l’essai de 2001 par Rohff par exemple avec TDSI qui chantonnait ses couplets et chantait son refrain . Le coté rap est assumé et d’autres genres comme l’electro ont suivi la même démarche.

Je vous laisse avec Formidable dont la structure vous rappellera peut-être quelque chose et vous expliquera pourquoi Stromae et Orelsan sont si proches à l’instar de leur collaboration sur La pluie qui devrait maintenant résonner en vous.

Comme toujours, merci à vous d’avoir lu cette chronique.

Merci à la belette cendrée pour la correction et merci à Poyjo pour me fournir un espace de liberté.

Bibliographie

1 Partages

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.