Après la tempête : rater sa vie c’est toujours vivre